En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Fête de l’Epiphanie

Publié le Dimanche 6 janvier 2008


La Jérusalem Nouvelle de l’Apocalypse (Ap 22), Tapisserie d’Angers, 1375-1382.

Jérusalem est représentée comme un château fort du moyen Age, ville forte où l’on peut se réfugier. Elle est comme auréolée de lumière, ressortant sur un fond sombre comme la nuit ; Elle est entourée de fleurs, d’étoiles qui la parent de toute sa beauté. Dieu est là dans sa nuée, pour accueillir dans cette ville glorieuse son peuple. Située au-delà du fleuve et des arbres, c’est-à-dire au-delà de la création, elle est signe d’un monde nouveau pour tous les hommes. C’est cette manifestation de la gloire de Dieu que les rois venus d’Orient recherchent et en fait trouveront dans l’humilité de la pauvre étable de Bethléem.



Le texte biblique

Après les grandes épreuves que la ville a subies, Isaïe annonce à Jérusalem son relèvement. La ville est transfigurée. C’est l’éclat de la future Jérusalem, comblée des richesses de Dieu, la cité bien-aimée du Seigneur. C’est là que se réaliseront tous les désirs d’une humanité purifiée et rassemblée dans la lumière divine. Là, tous jouiront pleinement de tout ce qu’ils pouvaient désirer.
Isaïe met ainsi en perspective les thèmes de la lumière et des ténèbres. La lumière est issue de la gloire de Yahvé qui libère les peuples de l’obscurité ; elle ouvre le chemin qui conduit au salut. Les nations se lèvent et reconnaissent un changement radical de leur histoire.
L’invitation d’Isaïe à se lever, résonne d’espoir et de renouveau : « Debout! Resplendis! Car voici la lumière et sur toi se lève la gloire de Yahvé. » C’est le refus du désespoir, de l’écrasement des ténèbres, c’est l’acceptation de se laisser illuminer par la lumière de Dieu génératrice de confiance et d’espoir.
L’accueil de cette lumière veut dire aussi transformation de chacun, modification de son existence, orientation vers une nouvelle manière de vivre, de se diriger, de regarder le monde : « Alors, tu verras et seras radieuse, ton cœur tressaillira et se dilatera… » , « les nations marcheront vers ta lumière, et les rois vers la clarté de ton aurore ».
Pour l’auteur chrétien de l’Apocalypse, la nouvelle Jérusalem symbolise l'Eglise qui est la Jérusalem éternelle (Ap 21). Elle appelle et réunit tous les hommes de toutes les races, les nations et les peuples.



Commentaires

Debout, Jérusalem ! Resplendis : elle est venue, ta lumière, et la gloire du Seigneur s'est levée sur toi. Regarde : l'obscurité recouvre la terre, les ténèbres couvrent les peuples ; mais sur toi se lève le Seigneur, et sa gloire brille sur toi. Les nations marcheront vers ta lumière, et les rois, vers la clarté de ton aurore.
Lève les yeux, regarde autour de toi : tous, ils se rassemblent, ils arrivent ; tes fils reviennent de loin, et tes filles sont portées sur les bras.
Alors tu verras, tu seras radieuse ; ton cœur frémira et se dilatera. Les trésors d'au-delà des mers afflueront vers toi avec les richesses des nations. Des foules de chameaux t'envahiront, des dromadaires de Madiane et d'Epha. Tous les gens de Saba viendront, apportant l'or et l'encens et proclamant les louanges du Seigneur.
Is 60,1-6

Partagez cette page :

Méditations récentes

Jérémie appelle à la conversion
L’opulence promise
L’opulence promise
Publié il y a 14 jours
L’arrogance
L’arrogance
Publié le Mercredi 15 juillet 2020
La bénédiction du dépouillement
La bénédiction du dépouillement
Publié le Mercredi 8 juillet 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés