En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Présentation du Seigneur

Publié le Samedi 2 février 2008


Giovanni Bellini.(entre 1425 et 1433 - 1516) La Présentation au Temple. Vers 1460. Huile sur bois. 80x105 cm. Galerie Cverini-Stampagla, Venise

"Maintenant, Souverain Maître, tu peux, selon ta parole, laisser ton serviteur s’en aller en paix ; car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples, lumière pour éclairer les nations et gloire de ton peuple Israël."
Dieu, par son Esprit-Saint, avait préparé de longue date ce vieillard Siméon pour qu'il puisse tenir, pendant quelques minutes seulement, le Messie, le Sauveur, le Fils de Dieu dans ses bras !
Plaçant l’enfant Jésus sur le parapet, l’artiste met en avant ce petit enfant par rapport aux autres personnages, il est d’un autre monde, projeté dans notre monde. Un messager est envoyé, c’est cet enfant : « Voici que j'envoie mon messager pour qu'il prépare le passage devant moi ». Il est enveloppé de linges blancs selon l’habitude de l’époque, mais ce linge annonce déjà aussi son ensevelissement.
Et la Vierge Marie elle-même, toute resplendissante dans son voile blanc aux traits purs et juvéniles, elle qui va vraiment offrir "son premier né", ce bébé qu’elle serre dans ses bras, mais qui est posé sur ce parapet, transition entre son propre monde et celui de toute l’humanité. Elle l’ aime comme son enfant et comme son Dieu, la Vierge Marie elle-même a accepté de se soumettre à ce rite de la "purification" que la loi de Moïse demandait à toute maman avant de présenter à Dieu son bébé. Le regard de Marie est tourné vers Syméon, dont les yeux s’ouvrent quand cet enfant lui est présenté et qu’il saisit délicatement.
Le tableau est très plan, les têtes de Marie, Jésus et Syméon dépassent l’ensemble, qui font le centre. Les spectateurs sont en arrière, contemporains de Marie ou hommes de l’époque du peintre.



Le texte biblique

Quarante jours après Noël, l'Eglise revit aujourd'hui le mystère de la présentation de Jésus au temple. Elle le revit avec l'émerveillement de la Sainte Famille de Nazareth, illuminée par la pleine révélation de cet "enfant", qui est le juge eschatologique promis par les prophètes.

Malachie qui, en hébreux, signifie : « mon messager », est le nom que l’on donne au dernier des douze petits prophètes dont on ne sait rien de plus.

Après le retour de l'Exil, après les prédications d'Aggée et Zacharie, après la reconstruction du Temple, l’attente messianique est déçue.
Malachie qui rappelle les promesses et les exigences de l'Alliance, relance l'espérance : « Voici que j'envoie mon messager pour qu'il prépare le passage devant moi ».

Alors le Seigneur entrera dans son temple.
Ces paroles communiquent toute l’intensité du désir qui a animé l’attente du peuple juif au cours des siècles. « L’ange (c’est-à-dire le messager) de l’Alliance » entre finalement dans sa maison, et il se soumet à la Loi : il vient à Jérusalem pour entrer en attitude d’obéissance dans la maison de Dieu ».
Ce personnage prépare la venue de Dieu, en appelant le peuple à la conversion, à un profond et véritable changement des cœurs ; ainsi Dieu pourra-t-il renouveler son Alliance.

Devant lui la vie de chacun sera mise en question. Le but de son intervention n’est donc pas la condamnation mais la purification, illustrée par deux images : la lessive des blanchisseurs et le creuset des fondeurs.
Fondeur, blanchisseur, le messager de l'Alliance, par son feu et sa lessive, va affiner, purifier, les fils de Lévi pour les rendre capables d'offrir un culte, une offrande selon la justice. Jésus est l'offrande parfaite sans tache. Jésus est le seul don qui puisse être présenté en toute justice par le peuple et pour le peuple.
La purification touchera d’abord le clergé, rendu ainsi à sa fonction, ce qui permettra à tout le peuple de retrouver le culte authentique de toujours. C’est aujourd’hui que l’Eglise prie pour la Vie consacrée .



Commentaires

Ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici que j’envoie mon Messager pour qu’il prépare le chemin devant moi ; et soudain viendra dans son Temple le Seigneur que vous cherchez. Le messager de l’Alliance que vous désirez, le voici qui vient, dit le Seigneur de l’univers. Qui pourra soutenir le jour de sa venue ? Qui pourra rester debout lorsqu’il se montrera ? Car il est pareil au feu du fondeur, pareil à la lessive des blanchisseurs. Il s’installera pour fondre et purifier. Il purifiera les fils de Lévi, il les affinera comme l’or et l’argent : ainsi pourront-ils, aux yeux du Seigneur, présenter l’offrande en toute justice. Alors, l’offrande de Juda et de Jérusalem sera bien accueillie du Seigneur, comme il en fut aux jours anciens, dans les années d’autrefois.
Ml 3,1-4

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés