En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Nous accueillons le Christ et le Christ accueille notre humanité

Publié le Dimanche 25 décembre 2016


Lorenzo Lotto, 1532-1550, adoration des bergers, 1534, Brescia pinacothèque Tosio Martinengo

Ces bergers qui viennent à la rencontre de Jésus, Marie et Joseph, sont les portraits des gentilshommes aux vêtements élégants qui ont commandé le tableau à Lorenzo Lotto, à l'occasion d'un pèlerinage à Loreto.

La rencontre se fait en grande intimité à l'intérieur d'une salle étroite.

Marie sourit pour accueillir son enfant en le priant, à genoux et les mains jointes. Elle n'est pas seule, Joseph est avec elle lançant un beau regard plein de tendresse vers Jésus.

Les bergers ont été amenés jusque là par deux anges aux ailes déployées.

 

Un des bergers tend un agneau au bébé couché sur la paille d'un panier. Jésus accueille les bergers, l'humanité toute simple, en tendant les bras vers l'agneau et caressant la tête de l'animal. Geste de la vie quotidienne, il vient partager notre humanité.



Le texte biblique

 Lorsque les anges eurent quitté les bergers pour le ciel, ceux-ci se disaient entre eux : « Allons jusqu’à Bethléem pour voir ce qui est arrivé, l’événement que le Seigneur nous a fait connaître. »

 Ils se hâtèrent d’y aller, et ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire.

 Après avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant.

 Et tous ceux qui entendirent s’étonnaient de ce que leur racontaient les bergers.

 Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur.

 Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, selon ce qui leur avait été annoncé. 

 

Lc 2, 15-20



Commentaires

« Dieu le Verbe issu de Dieu, s’est dépouillé ineffablement, Il est descendu des hauteurs jusqu’à l’extrême de l’humain, Il le lia à lui indissolublement, Il s’est humilié, comme un vagabond, un sans-abri, un sans-demeure, Il est aujourd’hui enfanté dans une grotte; Il a assumé la même pauvreté que nous ; ainsi des réalités inférieures, Il fit des supérieures, ou plutôt, Il rassembla les deux en un, mêlant l’humanité à la divinité, et montra à tous que la voie qui conduit vers les réalités supérieures est l’humilité […] ».

« Les anges disent : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et sur la terre » (Luc 2, 14) : en effet, à présent, Celui qui demeure dans les lieux très-hauts, le Maître des hauteurs célestes, a pour trône la terre ; Il reçoit sur celle-ci une glorification égale à celle que lui adressent là-haut les saints et les anges »

« « Paix sur la terre »… Cette paix, frères, gardons-là de toute notre force… soyons donc en paix avec Dieu en accomplissant les œuvres qui lui sont agréables… en choisissant un art de vivre accordé à notre conscience… en paix les uns avec les autres, en nous supportant et en nous pardonnant mutuellement… Alors nous aurons notre communauté dans les cieux (Phil.3, 20)… la libération par rapport à la corruption, et la jouissance des biens célestes et éternels, en tant qu’enfants du Père céleste »

 

Saint Grégoire Palamas (1296 1359) (Pour la salutaire nativité dans la chair de notre Seigneur, Dieu, et Sauveur Jésus Christ).

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés