En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

 C’est toi le Fils de Dieu ! C’est toi le roi d’Israël !

Publié le Jeudi 5 janvier 2017


Cathédrale de Chartres, vitrail de l’appel des apôtres, 1210-1225, détail

Le Christ appelle deux nouveaux apôtres, Philippe et Nathanaël (Jn 1:45-51).

Cette verrière, datant de 1212-1225, occupe la position centrale dans la chapelle axiale de la cathédrale. Cette place axiale, la plus lumineuse, est celle qui fait le plus miroiter l’éclat des couleurs.

C’est le groupe apostolique qui a été mis en valeur au chevet dans l’axe du soleil levant : « il leur appartient de resplendir par leur vertu, de discourir par leur prédication, de juger à la résurrection, de régler dans la béatitude » (Hugues de Saint Victor, 1096-1141)

Au début du 13e siècle, Innocent III donne une grande place à la fonction apostolique dont les évêques sont les successeurs.

Ainsi le thème de l’ensemble du vitrail est-il la naissance de l’Eglise. Les apôtres en sont les premiers piliers, ils sont tour à tour appelés et invités par Jésus à le suivre, à croire en lui et à répandre la Bonne Nouvelle.

Ces trois panneaux relatent l’appel de Philippe.

A gauche, deux hommes assistent à la scène, au centre le Christ appelle Philippe à le suivre

et à droite deux apôtres, sont témoins de la scène.

Philippe est représenté nimbé et sous ses pieds est inscrit son nom, S. Philippus.

De sa main tendue il exprime son intention de suivre Jésus qui marche devant lui.

Le nimbe de Jésus est cruciforme ; Jésus, se retourne un peu et d’un geste de la main, il invite l’apôtre à le suivre.

 

 

Tous sont appelés à la foi au Fils de Dieu, au roi d’Israël.



Le texte biblique

En ce temps-là,
Jésus décida de partir pour la Galilée.
Il trouve Philippe,
et lui dit :
« Suis-moi. »
Philippe était de Bethsaïde,
le village d’André et de Pierre.
Philippe trouve Nathanaël et lui dit :
« Celui dont il est écrit dans la loi de Moïse et chez les Prophètes,
nous l’avons trouvé :
c’est Jésus fils de Joseph,
de Nazareth. »
Nathanaël répliqua :
« De Nazareth
peut-il sortir quelque chose de bon ? »
Philippe répond :
« Viens, et vois. »
Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui,
il déclare à son sujet :
« Voici vraiment un Israélite :
il n’y a pas de ruse en lui. »
Nathanaël lui demande :
« D’où me connais-tu ? »
Jésus lui répond :
« Avant que Philippe t’appelle,
quand tu étais sous le figuier,
je t’ai vu. »
Nathanaël lui dit :
« Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu !
C’est toi le roi d’Israël ! »
Jésus reprend :
« Je te dis que je t’ai vu sous le figuier,
et c’est pour cela que tu crois !
Tu verras des choses plus grandes encore. »
Et il ajoute :
« Amen, amen, je vous le dis :
vous verrez le ciel ouvert,
et les anges de Dieu monter et descendre
au-dessus du Fils de l’homme. »

 

Jn 1, 43-51

 

 



Commentaires

Philippe est, après André et Pierre, le troisième disciple à être appelé par son nom. Tous les trois viennent de Bethsaïde.

Quant à Nathanaël, il est originaire de Cana (voir 21, 2), et seul Jean en parle dans son évangile. La tradition a voulu l’identifier à Barthélemy, ou encore à Simon le cananéen. Le doute subsiste.

Son scepticisme, quand il apprend l’origine de Jésus, s’explique. Le Messie ne pouvait sortir d’une ville aussi insignifiante que l'était Nazareth. Le contraste entre Messie glorieux attendu et l’origine obscure de Jésus souligne le scandale de l’incarnation. Seule la foi pourra surmonter cet obstacle, et voir en Jésus l’Envoyé de Dieu. Beaucoup ne pourront franchir le pas.

 

Comme il l’avait fait pour Pierre, Jésus dit à Nathanaël qu’il l’avait vu sous le figuier. Jean, dans son évangile, fait souvent preuve d’une connaissance supérieure des événements et des personnes.

La référence au figuier peut être interprétée de différentes manières : arbre favori des rabbins pour étudier la loi sous son ombre, le figuier est comparé dans la littérature rabbinique à l'arbre de la connaissance du bien et du mal.

Nathanaël est impressionné par la personne de Jésus et lui attribue deux titres, « fils de Dieu, et « roi d’Israël », titres messianiques. Mais Jésus ajoute que Nathanaël verra « des choses encore plus grandes » : Jésus, qui se révèle ici par sa parole, annonce les signes à venir, et tout particulièrement le signe de Cana où « il manifestera sa gloire ».

 

 

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés