En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Semaine de prière pour l’unité des chrétiens 5

Publié le Dimanche 22 janvier 2017


GIOTTO di Bondone (1267-1337) Mariage à Cana; 1304-06  fresque; Chapelle Srovegni, Padoue

La chapelle Scrovegni fut décorée par Giotto au début du 14e avec une cinquantaine de fresques représentant les épisodes de l’histoire du salut.

Dans ce panneau des noces de Cana, Jésus est assis en bout de table, ikl semble négligé par les convives.. et pourtant ! Marie, elle est assis aux cotés de la mariée, est représentée de face, imposante, auréolée. Elle représente la figure de l’Église : d’après la tradition on considérait les Noces de Cana comme une prophétie annonçant l’union à venir du Christ et de l’Église.

Un majordome, bon vivant, goûte le nouveau vin, mais ne semble pas l’apprécier et Marie poise sur lui un regard attristé. Il forme contraste avec la beauté de l’épouse, il pourrait être la figure de l’Ancienne Alliance qui ne perçoit pas la richesse du don du Christ. Cette lecture allégorique est soulignée par un médaillon placé à gauche du panneau (non représenté ici) où Moïse fait jaillir l’eau du rocher.

A l’époque de Jésus on attendait pour les temps messianiques un renouveau extraordinaire, accompagné de grandes richesse terrestres. Jésus donne une qualité de vin incroyable, une profusion annonçant la prospérité messianique. Par Jésus les invités obtiendront un vin nouveau supérieur à tout autre, une vie nouvelle.

 

La réponse de Jésus à Marie ne semble pas être un refus, mais elle oblige à passer à un autre niveau, celui de la foi qui fait confiance. 



Le texte biblique

Le troisième jour, il y eut un mariage à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là.

 Jésus aussi avait été invité au mariage avec ses disciples.

 Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. »

 Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. »

 Sa mère dit à ceux qui servaient : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. »

 Or, il y avait là six jarres de pierre pour les purifications rituelles des Juifs ; chacune contenait deux à trois mesures, (c’est-à-dire environ cent litres).

 Jésus dit à ceux qui servaient : « Remplissez d’eau les jarres. » Et ils les remplirent jusqu’au bord.

 Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent.

 

 

Jn 3, 1-8 



Commentaires

Voici qu’une réalité nouvelle est là (2 Co 5, 17)

 

La rencontre avec le Christ, le Seigneur ressuscité, renouvelle Paul dans tout son être – comme il advient à tous ceux qui croient en Christ. Cette création nouvelle n’est pas immédiatement perceptible mais elle est une réalité de la foi.

Dieu vit en nous par la puissance de l’Esprit Saint et nous fait participer à la vie de la Trinité.

Par cette création nouvelle, la Chute de l’homme est surmontée et nous entrons dans une relation rédemptrice avec Dieu.

Des choses réellement étonnantes peuvent êtres dites à notre sujet : comme l’affirme Paul, en Christ nous sommes une création nouvelle ; par sa résurrection, la mort est vaincue ; rien ni personne ne peuvent nous ravir de la main de Dieu ; nous sommes un en Christ et il vit en nous ; en lui, nous sommes « un royaume et des prêtres » (Ap 5, 10) ; nous lui rendons grâce pour avoir vaincu la mort, et nous proclamons la promesse de la création nouvelle. Cette vie nouvelle devient visible lorsque nous la laissons prendre forme et en faisons l’expérience dans la « compassion, la gentillesse, l’humilité, la douceur et la patience ». Elle devrait aussi être perceptible dans nos relations œcuméniques.

De nombreuses Églises partagent la même conviction : plus nous sommes en Christ, plus nous sommes proches les uns des autres. Le 500e anniversaire de la Réforme nous offre une occasion particulière de nous remémorer à la fois les succès et les tragédies que nous avons connus au cours de notre histoire. L’amour du Christ nous presse de vivre en hommes et femmes renouvelés, en recherchant activement l’unité et la réconciliation.

***

Prière

Dieu Trinité, tu te révèles à nous comme Père et créateur, comme Fils et Sauveur, comme Esprit et source de vie, et pourtant tu es un. Tu brises nos limites humaines et tu nous renouvelles. Donne-nous un cœur nouveau pour que nous puissions surmonter tout ce qui met en péril notre unité en toi. Nous t’en prions, au nom de Jésus Christ et par la puissance de l’Esprit Saint. Amen

 

 

Partagez cette page :

Méditations récentes

Jérémie appelle à la conversion
L’opulence promise
L’opulence promise
Publié il y a 14 jours
L’arrogance
L’arrogance
Publié le Mercredi 15 juillet 2020
La bénédiction du dépouillement
La bénédiction du dépouillement
Publié le Mercredi 8 juillet 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés