En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Mercredi des cendres, début du carême

Publié le Mardi 28 février 2017


Pour le carême le CETAD propose de méditer sur les dernières paroles du Christ en croix.

 

 

James Tissot, 1839-1902, ce que Jésus voyait de la croix, 1886-1894, Brooklyn museum

Tissot est un peintre graveur français qui s’est consacré à des sujets bibliques, nourrissant son art d’observations effectuées lors de voyages en Palestine et à Jérusalem pour découvrir les paysages et les habitants. Il dit lui-même vouloir « rendre avec fidélité et faire revivre la vie de Jésus sur les lieux mêmes où il a vécu ».

Tissot veut ici nous faire vivre le point de vue de la croix tel que Jésus lui-même a dû le voir. La foule des spectateurs le regarde, Marie Madeleine avec ses longues tresses rousses, tombe à genoux à ses pieds. Derrière elle Marie, les bras serrés croisés sur sa poitrine et Jean le regardent, les mains crispées. Et la foule des sympathisants, la foule des ennemis, la foule des disciples, la foules des soldats etc..

Ainsi nous pouvons imaginer les pensées de Jésus lui-même, voyant ses proches, ceux qu’il aime, ses ennemis qui sont tous témoins de sa mort sur la croix.

Ses pensées, ses dernières paroles sont inspirées par la vue de cette foule. 



Le texte biblique

1.  Jésus disait : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font. »  Lc 23,24

2.  Jésus lui déclara : « Amen, je te le dis : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. » (Lc 23,43)  

3.  Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. »

Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui. (Jn 19,26-27) 

 

4. Jésus cria d’une voix forte : « Éloï, Éloï, lema sabactani ? », ce qui se traduit : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?   Mc 15,34) 

5. , Jésus dit : « J’ai soif. » (Jn 19,28)  

6. Jésus dit : « Tout est accompli. »  (Jn 19,30) 

7. Alors, Jésus poussa un grand cri : « Père, entre tes mains je remets mon esprit. » (Lc 23,46) 

 



Commentaires

Ces paroles fascinantes ont été l’objet de dévotion depuis le 12e siècle. Chacune de ses paroles a marqué l'histoire de l'Église et la foi de milliers de personnes au cours des siècles.  Elles ont été commentées par de nombreux théologiens, saint Bonaventure les a reprises et priées. Ces prières accompagneront nos méditations.

Elles ont été mises en musique notamment par Haydn ! notamment.

Ces paroles mettent en jeu l’ensemble des Ecritures et la Bonne Nouvelle annoncée par la mort et la résurrection de Jésus.

 

Elles commencent par des paroles adressées au Père, puis Jésus se tourne vers ceux qui sont à ses côtés ou au pied de la croix. Jésus prononce des paroles non de mort qui serait silence, mais des paroles de vie parvenue à l’accomplissement de la Résurrection.

En effet elles ne peuvent être comprises qu’à la lumière de la Résurrection, ainsi elles prennent la plénitude de leur signification. Elles provoquent et suscitent par l’amour de Jésus notre amour envers Dieu. (cf Guillaume de saint Thierry, 1085-1148)

 

***

 

Voici que l’heure vient – déjà elle est venue – où vous serez dispersés chacun de son côté, et vous me laisserez seul ; mais je ne suis pas seul, puisque le Père est avec moi.

Je vous ai parlé ainsi, afin qu’en moi vous ayez la paix. Dans le monde, vous avez à souffrir, mais courage ! Moi, je suis vainqueur du monde. »

Jn 16, 32-33

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés