En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

L croix glorieuse

Publié le Mercredi 13 septembre 2017


Maître de l'Epiphanie de Fiesole, Christ sur la Croix entouré des sqints Vincent Ferrier, Jean-Baptiste, Marc et Antonius , 1491-1495, Los Angeles County Museum of Art)

 Nous regardons un magnifique retable de la Haute Renaissance, fin 15e. Il fut commandé par la guilde des tisseurs de soie pour l’église dominicaine de saint Marc à Florence.

Le maître de l’épiphanie de Fiesole est l’auteur de cette œuvre. Ce peintre est surtout connu pour une représentation de saint Dominique conservée au Rijksmuseum, ainsi qu’un étendard de procession de la cellule 16 du couvent st Marc, longtemps attribué à Fra Angelico.

 Le Christ, dans sa robe royale et couronné d’une coiffe patriarcale, est attaché sur une croix visible autour de sa tête et ses mains. Pas de souffrance manifestée, à part les marques des clous sur ses mains, son regard est lointain, dépassant le temps présent. À ses pieds le calice et l’hostie évoquent salut pour toute l’humanité de tous les temps.

 Des anges en multitude et des séraphins le bénissent et chantent ses louanges dans le ciel.

Sur terre, le Christ est entouré de saints d’époques différents, des saints du siècle précédent Vincent Ferrier (1350-1419, saint Antonin de Florence,( 1389-1549), Jean Baptiste à gauche et l’avangéliste saint Marc.

 



Le texte biblique

Si donc vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu.

 Pensez aux réalités d’en haut, non à celles de la terre.

 En effet, vous êtes passés par la mort, et votre vie reste cachée avec le Christ en Dieu.

Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui dans la gloire.

 Faites donc mourir en vous ce qui n’appartient qu’à la terre : débauche, impureté, passion, désir mauvais, et cette soif de posséder, qui est une idolâtrie.

 Voilà ce qui provoque la colère de Dieu contre ceux qui lui désobéissent,

 voilà quelle était votre conduite autrefois lorsque, vous aussi, vous viviez dans ces désordres.

 Mais maintenant, vous aussi, débarrassez-vous de tout cela : colère, emportement, méchanceté, insultes, propos grossiers sortis de votre bouche.

 Plus de mensonge entre vous : vous vous êtes débarrassés de l’homme ancien qui était en vous et de ses façons d’agir,

et vous vous êtes revêtus de l’homme nouveau qui, pour se conformer à l’image de son Créateur, se renouvelle sans cesse en vue de la pleine connaissance.

 Ainsi, il n’y a plus le païen et le Juif, le circoncis et l’incirconcis, il n’y a plus le barbare ou le primitif, l’esclave et l’homme libre ; mais il y a le Christ : il est tout, et en tous.

Col 3,1-11

 



Commentaires

Paul (ou son disciple, auteur de la lettre aux Colossiens) continue à enseigner les Colossiens et insiste sur leur compréhension du présent et de l’avenir. Il reprend et intensifie l’appel à être conscients de leur avenir de résurrection : le salut se trouve dans le ciel, avec le Christ qui est « en haut ». Notre existence croyante est inaccomplie sur terre. Paul reprend l’idée de la « parousie » qui est la manifestation du Christ céleste dans un avenir plus ou moins proche.

Paul poursuit en donnant des conseils éthiques. Le salut n’est pas pour autant à chercher dans une pratique religieuse extatique qui ne serait pas adaptée aux conditions de notre vie sur terre.

Il se trouve dans l'attention extrême à une vie concrète, quotidienne, qui prépare et anticipe l'avenir.

En effet, Paul donne une liste de comportements à éviter et dans les versets suivant de notre passage, il énumère ceux à rechercher. Ils correspondent à des attitudes conventionnelles trouvées dans la littérature hellenistique et juive de l’époque. C'est ainsi que tous les êtres humains peuvent se retrouver dans un renouvellement de la vie relationnelle, familiale, sociale, religieuse.

Mais ce qui éclaire et permet cette nouveauté de vie, c'est la conformation de chacun à l'image du Christ, l'homme nouveau, lui-même image parfaite de Dieu.

Paul rappelle ainsi la transformation du vieil homme en homme nouveau réalisée dans le baptême, qui dépasse les séparations socio-religieuses et culturelles, grec, juif, circoncis et incirconcis : les séparations sont abolies, tous sont unis dans le Christ, image de Dieu, vers lequel ils tendent chaque jour et qu'ils rejoindront un jour.

Partagez cette page :

Méditations récentes

Jérémie appelle à la conversion
L’opulence promise
L’opulence promise
Publié il y a 14 jours
L’arrogance
L’arrogance
Publié le Mercredi 15 juillet 2020
La bénédiction du dépouillement
La bénédiction du dépouillement
Publié le Mercredi 8 juillet 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés