En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Les femmes qui accompagnent Jésus

Publié le Vendredi 22 septembre 2017


Paul Veronese, 1528-1588, la conversion de Marie Madeleine, 1548, National Gallery Londres

 Il s’agit ici d’une œuvre de jeunesse de Veronèse. Déjà le peintre était connu par son style dramatique et haut en couleur.

 Le tableau représente la délivrance de Madeleine de 7 démons, épisode qui n’est pas décrit dans la Bible. On le trouve dans la Légende dorée : « Jésus chassa de la prostituée sept démons, l’admit dans sa familiarité, daigna demeurer chez elle et en toute occasion se plaisait à la défendre ».

 Véronèse peint la scène devant le temple. Madeleine est aux pieds de Jésus, aux côtés de Marthe, sa sœur, qui tend les mains vers lui : inquiète de la santé morale de Marie-Madeleine, elle l’a emmenée devant le temple où prêchait Jésus. Les deux femmes portent des robes luxueuse de soie et brodées, magnifiquement peintes par Veronèse qui excellait dans ce genre vénitien critiqué par l’Inquisition : « Nous, peintres prenons des libertés comme le font les poètes ! » dit-il.

Un collier glisse du cou de Madeleine, un signe de sa conversion vers une vie plus simple ?

 Les hommes autour discutent, se posent des questions à propos de Jésus qui s’entretient avec une femme pécheresse.

 



Le texte biblique

 Ensuite, il arriva que Jésus, passant à travers villes et villages, proclamait et annonçait la Bonne Nouvelle du règne de Dieu. Les Douze l’accompagnaient,

 ainsi que des femmes qui avaient été guéries de maladies et d’esprits mauvais : Marie, appelée Madeleine, de laquelle étaient sortis sept démons,

Jeanne, femme de Kouza, intendant d’Hérode, Suzanne, et beaucoup d’autres, qui les servaient en prenant sur leurs ressources.

Lc 8,1-3

 



Commentaires

Luc raconte ici comment se passe les voyages missionnaires de Jésus en Galilée.

Deux groupes sont témoins de ses enseignements, les douze d’abord et le groupe des femmes.

Luc rapporte le nom de trois d’entre elles. Il ne rapporte pas en détail les exorcismes et guérisons dont elles ont été bénéficiaires et qui semblent jouer un rôle analogue à celui des appels par Jésus pour les hommes.

Mais ces femmes seront à nouveau en scène à des moments clés, la mort sur la croix de Jésus, son ensevelissement, puis au tombeau vide. On les retrouvera aussi avec quelques autres dans la chambre haute avant la Pentecôte.

Ici elles servent Jésus et l’assistent matériellement

Parmi elles il y a Marie de Magdala délivrée de 7 démons, et Jeanne qui a laissé son mari et la cour d’Hérode.

 Le fait que Jésus associe des femmes dans le groupe apostolique a son ministère, peut paraître insolite dans le contexte culturel de son époque où il ne convenait pas qu’un rabbi soit accompagné de femmes Luc insistera sur leur rôle et leur intégration à part entière dans les premières communautés chrétiennes. Dans les Actes, Luc revient sur le fait que l’Église est constituée de tous les disciples, hommes et femmes qui tous ont une part importante dans la diffusion de l’Evangile.

 Ces femmes ayant été guéries ont fait l’expérience de la miséricorde de Jésus. Les gens qui suivent Jésus ne sont pas une élite de gens intègres, mais des pécheurs guéris.

 

Partagez cette page :

Méditations récentes

Jérémie appelle à la conversion
L’opulence promise
L’opulence promise
Publié il y a 14 jours
L’arrogance
L’arrogance
Publié le Mercredi 15 juillet 2020
La bénédiction du dépouillement
La bénédiction du dépouillement
Publié le Mercredi 8 juillet 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés