En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

L’envoi pour proclamer le règne de Dieu

Publié le Mercredi 27 septembre 2017


Van Gogh, 1853-1890, la route de Tarascon avec promeneur, 1888, Kunsthaus Zürich

Van Gogh est perçu comme l’un des plus grands dessinateurs de l’époque impressionniste.

Les trois premières années de sa formation d’artiste sont consacrées à apprendre  les dessin qu’il considère comme le point de départ essentiel de sa carrière de peintre. Il ceée beaucoup et revient sans cesse sur ses dessins. 

 Il utilise les  différentes techniques, crayons gras, craie noire, mines de plomb, aquarelle. Mais c’est en dessinant à la plume que son véritable talent se manifeste. Il utilise un roseau qu’il taille et le transforme en plume. Cela lui permet de réaliser des dessins où les hachures, les traits ondulants et les points sont d’une précision sans faille et d’une extrême vivacité s’inspirant du coup de crayon des artistes japonais.

 Dans ce paysage de la route de Tarascon Van Gogh utilise une perspective donnée par l’allée bordée d’arbres où l’homme marche, pressant le pas, décidé, semblant se rendre à un rendez-vous important dans un village lointain.

Le paysage est rendu par des hachures pour les abords herbus, en pointillés pour les champs ce qui procure une variété de plans,  champs cultivés de bois et de montagnes.



Le texte biblique

Jésus rassembla les Douze ; il leur donna pouvoir et autorité sur tous les démons, et de même pour faire des guérisons ;

 il les envoya proclamer le règne de Dieu et guérir les malades.

Il leur dit : « Ne prenez rien pour la route, ni bâton, ni sac, ni pain, ni argent ; n’ayez pas chacun une tunique de rechange.

 Quand vous serez reçus dans une maison, restez-y ; c’est de là que vous repartirez.

 Et si les gens ne vous accueillent pas, sortez de la ville et secouez la poussière de vos pieds : ce sera un témoignage contre eux. »

Ils partirent et ils allaient de village en village, annonçant la Bonne Nouvelle et faisant partout des guérisons.

Lc 9,1-6



Commentaires

Les douze disciples ont été choisis par Jésus auparavant et maintenant Luc veut nous apprendre quel rôle Jésus leur a confié : les associer à la proclamation du Règne de Dieu et faire des guérisons.

 La prédication ne peut être réduite à la  parole : la venue de Dieu se concrétise dans l’effacement des souffrances humaines.

 Mais pour suivre Jésus, une vie difficile est annoncée : ne pas prendre de sac ni de bâton pour la route, ce qui est pourtant considéré à l’époque comme indispensable au voyageur pour survivre et se défendre, pas de bâton, pas de sac, pas de pain, pas d’argent, pas de tunique de rechange.

 En contre partie ils seront accueillis dans les maisons, sans toutefois y rester trop longtemps, pour ne pas devenir des hôtes parasites !

 De l’autre côté la responsabilité du non-accueil incombe à ceux qui les chassent.

Secouer la poussière de ses pieds est un rite oriental de rupture, c’est le signe qu’on ne veut avoir rien de commun avec ces maisonnées !

 Les disciples partiront donc dans les campagnes et les villages pour proclamer la Bonne Nouvelle en soulageant les douleurs humaines.

Partagez cette page :

Méditations récentes

Jérémie appelle à la conversion
L’opulence promise
L’opulence promise
Publié il y a 14 jours
L’arrogance
L’arrogance
Publié le Mercredi 15 juillet 2020
La bénédiction du dépouillement
La bénédiction du dépouillement
Publié le Mercredi 8 juillet 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés