En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Libération des apôtres ; saint François de Paule

Publié le Mercredi 2 avril 2008




Petrus Paulus Rubens (1577- 1640), Saint François de Paule 1627-28,Guetty Museum


Rubens nous montre un François de Paule complètement libéré des contraintes de son corps, les bras ouverts, entouré d’une lumière divine présentée par un ange.

Et sur terre la foule se tourne vers le saint dont l’expression montre sa communion avec Dieu. au sommet de la composition.
Connu pour ses miracles soulageant les malades, saint François de Paule a été appelé auprès du Roi Louis XI, malade, qu’on voit sur la tribune à gauche.. Au premier plan un homme et une femme écrasés par la maladie attendent d’être guéris. A droite un homme mort revient à la vie.

Ainsi toute une population, de toutes classes sociales, touchée par différentes maladies ou par le grand âge, cherche à gravir les marches pour atteindre le saint et pour entendre sa prédication. Chacun semble vouloir s’élancer à sa suite, et dans cet effort même les plus accablés retrouvent une force de vie. De ce fait, les gestes et expressions de chaque personnage du tableau donnent encore plus d’intensité à l’effet dramatique de l’ensemble.

Cette illustration de la vie de François de Paule que l’Eglise fête aujourd’hui correspond tout à fait à notre lecture de ce jour. Comme les apôtres libérés miraculeusement de prison par l’ange du Seigneur, le saint prêche auprès de toute la population qui veut se presser près le lui et qu’il conduit vers Dieu.

Rappelons que François de Paule,a fondé l'Ordre des Frères Minimes,. les plus petits enfants du Christ, instituant une règle basée sur la pauvreté, la mortification, la charité et la pénitence.



Le texte biblique

Le grand prêtre et tout son entourage, c'est-à-dire le parti des sadducéens, étaient remplis de fureur contre les Apôtres : ils les firent arrêter et jeter publiquement en prison. Mais, pendant la nuit, l'ange du Seigneur ouvrit les portes de la cellule et les fit sortir en disant : « Partez d'ici, tenez-vous dans le Temple et là, annoncez au peuple toutes les paroles de vie. » Ils obéirent et, de bon matin, ils entrèrent dans le Temple et se mirent à enseigner.
En arrivant, le grand prêtre et son entourage convoquèrent le grand conseil, tout le sénat des fils d'Israël, et ils envoyèrent chercher les Apôtres à la prison. En arrivant, les gardes ne les trouvèrent pas dans la cellule. Ils revinrent donc avec cette nouvelle : « Nous avons trouvé la prison parfaitement verrouillée, et les gardiens en faction devant les portes ; mais, quand nous avons ouvert, nous n'avons trouvé personne à l'intérieur. » En entendant ce rapport, le commandant de la garde du Temple et les chefs des prêtres, en plein désarroi, se demandaient ce qui se passait. Là-dessus, quelqu'un arriva avec cette nouvelle : « Les hommes que vous aviez mis en prison, les voilà qui se tiennent dans le Temple, et ils instruisent le peuple ! » Alors, le commandant partit avec les gardes, pour ramener les Apôtres, mais sans violence, parce qu'ils redoutaient que le peuple ne leur jette des pierres.
Ac 5,17-26



Commentaires

Les affrontements entre les apôtres et les sadducéens sont plusieurs fois évoqués dans les récits évangéliques. Les sadducéens représentent un groupe politique et religieux formé des riches familles sacerdotales qui dirigent le service du Temple. Ils composent la majorité du Sanhédrin (assemblée chargée de rendre la justice) et c’est eux qui ont envoyé Jésus à la mort. Après la résurrection ils sont excédés de ce que les apôtres endoctrinent le peuple et annoncent en Jésus la résurrection des morts, et remplis de jalousie ils font par deux fois emprisonner des apôtres (Ac 4, 1-2, et notre passage au chapitre 5) pris en flagrant délit d’annoncer l’Evangile.

Mais il se trouve que les apôtres sont libérés de manière miraculeuse, par « l’ange du Seigneur », comme le sera Pierre, récit du chapitre 12 des Actes. L’ange du Seigneur est une expression trouvée fréquemment dans l’Ancien Testament que Matthieu et Luc ont utilisée dans les récits de l’enfance ou de la Résurrection notamment. Cette expression sert à désigner l’action de Dieu dans certaines de ses manifestations sensibles, annonce d’une révélation ou d’un acte libérateur. C’est une manière de dire l’intervention de Dieu dans l’histoire des hommes, en maintenant le mystère de sa transcendance.

Dans ce passage l’auteur actualise le Psaume 2 qui annonçait l’acharnement des puissants de ce monde contre le Seigneur et son Messie (Christ), montrant comment Dieu « se moque » de ceux qui se dressent contre son Christ : « l’ange du seigneur délivre ceux qui le craignent « (Ps 34,8)

Luc s’exprime ici avec humour l’ordre donné aux apôtres de narguer l’interdiction de proclamer la bonne nouvelle, notamment dans le Temple, le lieu par excellence où Dieu se rend présent à son peuple. En effet, ne pouvant empêcher les apôtres de parler, les sadducéens les ont fait jeter en prison. Le Seigneur prend fait et cause pour ses protégés et jette un défi public à la prétendue autorité des chefs religieux. Il les libère et leur donne l’ordre de continuer à annoncer « toutes les paroles de vie », celles de « notre Sauveur Jésus Christ, qui a annulé la mort et a fait luire la vie et l'incorruptibilité par l'Evangile » (2 Tim. 1.10).

Le Seigneur aurait pu empêcher que les apôtres soient injustement emprisonnés. Mais il veut montrer aux chefs des Juifs qu'il est du côté de ceux qui prêchent l’Evangile.

Au matin, les apôtres, obéissants et pleins de courage, partent vers le Temple pour annoncer l’Evangile : c’est Dieu qui gérera les conséquences de cette libération ! Pendant ce temps, les chefs du peuple convoquent le Sanhédrin et les anciens et envoient chercher les apôtres dans leur prison. Ils n’y sont pas et pourtant tout est place. Les chefs auraient dû s’interroger sur l’événement à la lumière des Ecritures qu’ils connaissent bien ! Cependant l’incrédulité l’emporte, et ils remettent les mains sur les apôtres pour les présenter devant le Sanhédrin.

Dans le peuple toutefois, la Parole se répand…

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés