En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

unité des chrétiens (1)

Publié le Mercredi 17 janvier 2018


Nous commençons aujourd’hui la semaine de prière pour l’unité des chrétiens.

Le fil conducteur sera

« Le Seigneur est ma force et ma louange – Il est mon libérateur » Exode 15, 1-21

Le thème préparé par les Eglises des Caraïbes est issu du cantique de Moïse et Myriam.

Ce chant de louange célèbre la libération de l’esclavage en Égypte et la victoire de Dieu sur les ennemis des Hébreux.

« Invoquant l’Esprit de liberté, en cette Semaine de prière pour l’unité chrétienne, nous nous tournons vers le Père : Père, unis-nous tous, fais de nous des signes de libération et de réconciliation de la famille humaine dans le Christ. 

Le CETAD propose de reprendre chaque jour un des textes bibliques proposés, les méditations, et la prière de Unité Chrétienne.

***

Ta main droite, Seigneur, éclatante de puissance( Ex 15,6)

Aujourd'hui, les chrétiens de nombreuses traditions différentes voient dans la fin de l'esclavage l’action de la main de Dieu. Pour eux, il s’agit d’une expérience commune de l'action salvatrice de Dieu qui apporte la liberté.

C'est pourquoi le choix du chant de Moïse et de Miryam (Ex 15,1-21) comme thème de la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens 2018 a été considéré comme le plus approprié.

C'est un chant de triomphe sur l'oppression. Ce thème a été repris dans l’hymne « La main droite de Dieu », écrit lors d’un travail de groupe de la Conférence des Églises des Caraïbes en août 1981, qui est devenu l’« hymne » du mouvement œcuménique dans la région et a été traduit en de nombreuses langues.

 



Le texte biblique

Alors Moïse et les fils d’Israël chantèrent ce cantique au Seigneur : « Je chanterai pour le Seigneur ! Éclatante est sa gloire : il a jeté dans la mer cheval et cavalier !

Ma force et mon chant, c’est le Seigneur : il est pour moi le salut. Il est mon Dieu, je le célèbre ; j’exalte le Dieu de mon père.

Le Seigneur est le guerrier des combats ; son nom est « Le Seigneur ».

Les chars du Pharaon et ses armées, il les lance dans la mer. [L’élite de leurs chefs a sombré dans la mer Rouge.

L’abîme les recouvre : ils descendent, comme la pierre, au fond des eaux.

 Ta droite, Seigneur, magnifique en sa force, ta droite, Seigneur, écrase l’ennemi.

 La grandeur de ta majesté brise tes adversaires : tu envoies ta colère qui les brûle comme un chaume.]

Au souffle de tes narines, les eaux s’amoncellent : comme une digue, se dressent les flots ; les abîmes se figent au cœur de la mer.

 L’ennemi disait : “Je poursuis, je domine, je partage le butin, je m’en repais ; je tire mon épée : je prends les dépouilles !”

 Tu souffles ton haleine : la mer les recouvre ; comme du plomb, ils s’abîment dans les eaux redoutables.

Qui est comme toi parmi les dieux, Seigneur ? Qui est comme toi, magnifique en sainteté, terrible en ses exploits, auteur de prodiges ?

 Tu étends ta main droite : la terre les avale.

 Par ta fidélité tu conduis ce peuple que tu as racheté ; tu les guides par ta force vers ta sainte demeure.

[Les peuples ont entendu : ils tremblent ; les douleurs ont saisi les habitants de Philistie.

Les princes d’Édom sont pris d’effroi. Un tremblement a saisi les puissants de Moab ; tous les habitants de Canaan sont terrifiés,

 la peur et la terreur tombent sur eux. Sous la vigueur de ton bras, ils se taisent, pétrifiés, pendant que ton peuple passe, Seigneur, que passe le peuple acquis par toi.]

Tu les amènes, tu les plantes sur la montagne, ton héritage, le lieu que tu as fait, Seigneur, pour l’habiter, le sanctuaire, Seigneur, fondé par tes mains.

Le Seigneur régnera pour les siècles des siècles. »

Le cheval de Pharaon, ses chars et ses guerriers étaient entrés dans la mer, et le Seigneur avait fait revenir sur eux les eaux de la mer. Mais les fils d’Israël, eux, avaient marché à pied sec au milieu de la mer.

 La prophétesse Miryam, sœur d’Aaron, saisit un tambourin, et toutes les femmes la suivirent, dansant et jouant du tambourin.

 

Ex 15,1-21



Commentaires

Prière

Le passage d’Exode 15 nous montre comment le chemin de l'unité doit souvent passer par l’expérience communautaire de la souffrance.

La libération des fils d’Israël de l'esclavage est l'événement fondateur dans la constitution de ce peuple.

Pour les chrétiens, ce processus atteint son point culminant dans l'incarnation et le mystère pascal. Bien que Dieu seul soit à l’origine de la libération/du salut, il veut que les réalités humaines soient engagées dans la réalisation de son objectif et de son plan de salut pour son peuple.

Dans le baptême, les chrétiens ont part au ministère de réconciliation de Dieu, mais leurs propres divisions entravent leur témoignage et leur mission dans un monde qui a tant besoin de la guérison de Dieu.

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés