En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Unité des chrétiens (6)

Publié le Lundi 22 janvier 2018


 

On entend les appels désespérés de mon peuple depuis une terre lointaine !

Eustache Le Sueur, 1617-1655, Jésus guérissant l’aveugle de Jéricho  vers 1650  Berlin, Staatliche Schlösser und Gärten, Château de Potsdam-Sans Souci

Eustache Le Sueur est considéré comme l'un des fondateurs de la peinture française classique. Ses débuts furent facilités par Simon Vouet.

Il se distingue  par une rigueur et un dépouillement toujours plus marqués au fur et à mesure qu'il se détache de l'influence de son maître.

Dans cette représentation de la guérison de l’aveugle de Jéricho, Jésus est représenté jeune vêtu d’une belle tunique bleue. Il regarde intensément l’aveugle qui le supplie.à genou, les mains tendues vers lui mais qui ne le touchent pas. Les disciples derrière lui, jeunes et plus âgés, regardent étonnés les mains en geste d’admiration.

***

Nous pouvons imaginer le bruit de la foule quand Jésus entre dans Jéricho. Beaucoup rabrouent le mendiant aveugle pour qu'il se taise. Ses cris dérangent et sont embarrassants. Mais au milieu de tout ce tumulte, Jésus entend la voix de l'aveugle comme Dieu entend toujours les cris des pauvres dans la Bible hébraïque.

Le Seigneur, qui soutient ceux qui tombent, non seulement les entend mais agit. Ainsi la vie du mendiant est-elle radicalement transformée.

La désunion des chrétiens peut concourir au tumulte et au chaos auxquels le monde est en proie. Comme les voix qui s'élèvent autour de Jéricho, nos divisions peuvent couvrir les supplications des pauvres. Mais quand nous sommes unis, nous nous faisons davantage présence du Christ dans le monde, en mesure de mieux entendre, écouter et agir. Au lieu d'augmenter le volume de la discorde, nous devenons capables d'une écoute véritable et pouvons ainsi discerner les voix qui ont le plus besoin d’être entendues.



Le texte biblique

Alors que Jésus approchait de Jéricho, un aveugle mendiait, assis au bord de la route.

Entendant la foule passer devant lui, il s’informa de ce qu’il y avait.

On lui apprit que c’était Jésus le Nazaréen qui passait.

 Il s’écria : « Jésus, fils de David, prends pitié de moi ! »

  Ceux qui marchaient en tête le rabrouaient pour le faire taire. Mais lui criait de plus belle : « Fils de David, prends pitié de moi ! »

 Jésus s’arrêta et il ordonna qu’on le lui amène. Quand il se fut approché, Jésus lui demanda :

 « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Il répondit : « Seigneur, que je retrouve la vue. »

 Et Jésus lui dit : « Retrouve la vue ! Ta foi t’a sauvé. »

 À l’instant même, il retrouva la vue, et il suivait Jésus en rendant gloire à Dieu. Et tout le peuple, voyant cela, adressa une louange à Dieu.

Lc 18, 35-43



Commentaires

Prière

Dieu très aimant, 
tu aides à se relever ceux qui sont pauvres et dans la détresse 
et tu les rétablis dans leur dignité.
Entends notre appel pour les plus démunis dans le monde d’aujourd’hui
redonne-leur l'espérance et fais qu'ils se redressent 
pour que tout ton peuple soit un. 
Nous t’en prions au nom de Jésus. 
Amen.

Partagez cette page :

Méditations récentes

Jérémie appelle à la conversion
L’opulence promise
L’opulence promise
Publié il y a 13 jours
L’arrogance
L’arrogance
Publié le Mercredi 15 juillet 2020
La bénédiction du dépouillement
La bénédiction du dépouillement
Publié le Mercredi 8 juillet 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés