En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

L'ascension

Publié le Jeudi 1er mai 2008


Cathédrale de Chartres : Ascension du Christ; façade occidentale, portail de gauche (1145-1155).

Au tympan de ce portail sont représentées l’Ascension et la colombe du Saint Esprit. Au linteau supérieur, les anges qui soufflent sont des symboles du Saint Esprit , et au linteau inférieur, sont assis les les apôtres. Ces scènes sont entourées des travaux des mois et des signes du zodiaque, marques du temps quotidien et de la participation du travail humain à la Rédemption. Aux douze apôtres font écho les douze mois de l’année, aux quatre saisons les quatre évangélistes, de sorte qu’au centre le Christ rassemble le cosmos, le cycle du temps, les travaux des hommes. Il est appelé à recevoir la louange de tous les peuples.

Après avoir traversé la vie et la mort le Christ apparaît dans sa pure essence divine. Son attitude est noble, hiératique. Il s’élève dans une nuée portée par deux grands anges qui occupent merveilleusement tout l’espace épousant la forme du cintre : « un nuage le déroba à leurs yeux » ! les draperies sont larges, l’attitude comme naturelle. Quatre anges à mi-corps sortent des nuages au linteau supérieur ; ils sont aux pieds du Christ et parlent directement aux apôtres représentés au linteau inférieur : « ce même Jésus qui a été enlevé du milieu de vous, reviendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel » (Ac 1,11, texte lu ce jour).



Le texte biblique

Tous les peuples, battez des mains,
acclamez Dieu par vos cris de joie !
Car le Seigneur est le Très-Haut, le redoutable,
le grand roi sur toute la terre,
Dieu s'élève parmi les ovations,
le Seigneur, aux éclats du cor.
Sonnez pour notre Dieu, sonnez,
sonnez pour notre roi, sonnez !
Car Dieu est le roi de la terre :
que vos musiques l'annoncent !
Il règne, Dieu, sur les païens,
Dieu est assis sur son trône sacré.
Ps 46



Commentaires

L’Ascension, profondément liée à la Résurrection, célèbre l’enlèvement du Seigneur dans la gloire. Elle est au cœur de notre foi. Jésus mort sur la croix, relevé d’entre les morts, est maintenant exalté par le Père. Il est ainsi constitué comme Seigneur de l’univers.

Ce psaume a peut-être son origine dans une liturgie de l’arche d’Alliance. Elle commémore le geste du roi David qui a introduit l’arche à Jérusalem. Dieu monte parmi les ovations. Sonnez le cor ! Sonnez ! En chantant le psaume, le peuple célèbre à la fois Celui qui réside dans le Temple, et Celui qui trône dans les cieux. Dieu est le Seigneur de l’univers. Sa domination est universelle.

En ce jour de l’Ascension, ce psaume permet aux chrétiens d’acclamer Jésus qui monte vers Dieu pour y être intronisé dans sa gloire royale. Par lui, Dieu règne sur l’univers. Ainsi le psaume 46 invite tous les peuples à chanter le Seigneur : tous les hommes sont donc concernés par l’Ascension ! C’est vers toute la terre que les disciples de Jésus sont envoyés, dans le souffle de l’Esprit Saint, pour y annoncer la bonne nouvelle du salut, comme il est dit dans les versets suivants de ce psaume.

La louange est un caractère essentiel de la prière des hommes, la louange de Dieu donne corps à la joie d’exister. Les psaumes de louange dépassent l’intervention spécifique et ponctuelle de Dieu aujourd’hui pour parler de Dieu et de son action de manière universelle et récapitulative ; la louange reste enracinée dans l’expérience et dans l’histoire de la relation de grâce d’Israël et de son Dieu. Même les louanges au Dieu créateur gardent cet enracinement dans une relation historique.

Le Seigneur est le Très Haut, mais il est présent aussi sur la terre, il est le grand roi de la terre. L’action de Dieu est rappelée, il règne sur les païens. Dieu s’élève au-dessus de tous, Dieu s’élève au dessus de tout

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés