En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

La Pentecôte

Publié le Dimanche 11 mai 2008


Michel Ange,(1475-1564), chapelle Sixtine, 1508-1512, Le Vatican.

Michel Ange transforma le projet de la voûte de la chapelle Sixtine du pape Jules II (1503-1513), à l’aide de théologiens de son entourage. Au centre il représenta les neuf épisodes de la genèse de la création du monde, dominée par la présence puissante du créateur qui reste suspendu dans les airs, soutenu par un vent fort ; rappelons que dans la Bible « l’esprit » traduit le mot hébreu « ruah » et le mot grec « pneuma » qui signifient à la fois « souffle, haleine, vent, air etc.. ».

Dieu soutenu dans le ciel par des anges insuffle la vie à Adam en l’effleurant de sa main. L’expression intense de cette composition oppose la puissance du Seigneur à la vulnérabilité de l’homme. Le Père, pur esprit, est investi de la seule puissance de créer.

L’Esprit saint est donc pleinement présent dans cette scène. En fait, la troisième personne de la Trinité peut-elle être représentée ? La colombe adoptée dans nombre de représentations du baptême de Jésus et de l’annonciation, ou les langues de feu de la Pentecôte, ou encore le troisième homme identique aux deux autres dans nombreuses représentations de la Sainte Trinité, ne sont pas des représentations satisfaisantes. Le nom même de l’Esprit, à la différence des deux autres personnes de la Trinité, présente une forte résistance à la figuration. Michel Ange n’a-t-il pas évoqué de manière forte l’Esprit Saint comme le souffle créateur, la source de la vie donnée à l’homme faible, la source divine du dynamisme théologal ?

L’Esprit est essentiellement invisible, il ne peut se voir que par ses effets, sur les visages et dans les gestes des hommes et des femmes qu’il saisit et qu’il anime.



Le texte biblique


Veni, creator, Spiritus,
Viens, Esprit Créateur nous visiter

Mentes tuorum visita,
Viens éclairer l'âme de tes fils;

Imple superna gratia
Emplis nos coeurs de grâce et de lumière,

Quae tu creasti pectora.
Toi qui créas toute chose avec amour

Qui diceris Paraclitus,
Toi le Don, l'envoyé du Dieu Très Haut,

Altissimi donum Dei.
Tu t'es fait pour nous le Défenseur;

Fons vivus, ignis, caritas
Tu es l'Amour le Feu la source vive,

Et spiritalis unctio.
Force et douceur de la grâce du Seigneur


Tu septiformis munere,
Donne-nous les sept dons de ton amour,

Digitus paternae dexterae.
Toi le doigt qui oeuvres au Nom du Père;

Tu rite promissum Patris,
Toi dont il nous promit le règne et la venue,

Sermone ditans guttura.
Toi qui inspires nos langues pour chanter

Accende lumen sensibus
Mets en nous ta clarté, embrase-nous,

Infunde amorem cordibus,
En nos coeurs, répand l'amour du Père;

Infirma nostri corporis
Viens fortifier nos corps dans leur faiblesse,

Virtute firmans perpeti.
Et donne-nous ta vigueur éternelle.

Hostem repellas longius
Chasse au loin l'ennemi qui nous menace,

Pacemque dones protinius;
Hâte-toi de nous donner la paix;

Ductore sic te praevio
Afin que nous marchions sous ta conduite,

Vitemus omne noxium.
Et que nos vies soient lavées de tout péché.

Per te sciamus da Patrem,
Fais-nous voir le visage du Très-Haut,

Noscamus atque Filium;
Et révèle-nous celui du Fils;

Teque utriusque Spiritum
Et toi l'Esprit commun qui les rassemble,

Credamus omni tempore.
Viens en nos coeurs, qu'à jamais nous croyions en toi.


(traduction site des évêques de France)



Commentaires

Le Veni Creator est une hymne de chant grégorien. Il a sans doute été écrit au 9e siècle par Rabanus Maurus (776-856), abbé de Fulda et archevêque de Mayence. Cette hymne est chantée dans l’Eglise catholique dans des occasions particulières, par exemple lors de l’entrée des cardinaux dans la chapelle Sixtine pour élire un nouveau pape, pour la consécration des évêques, l’ordination des prêtres, la dédicace des églises, la célébration des synodes ou des conciles, la confirmation ; elle commémore la fête de la Pentecôte ; enfin elle est souvent chantée à l’office des Laudes pour ouvrir la journée.

Le texte du Veni Creator est une véritable profession de foi : l’Esprit est qualifié de créateur (rappelons qu’aux premiers siècles de l’histoire de l’Eglise on a mis en doute la divinité de l’Esprit). Cette hymne est un appel pour que l’Esprit amène l’ordre dans le cœur des hommes, si souvent semblable au chaos désordonné d’avant la création, et les remplisse de grâce divine.

Cette grâce est explicitée dans la seconde strophe : l’Esprit est le conseiller ; il est le « paraclet », mot grec qui signifie le défenseur, l’avocat (cf. Jn 14,15). Il est don de Dieu qui non seulement nous a donné son Fils, mais aussi nous envoie, avec Jésus glorifié, son Esprit. D’autres images bibliques sont évoquées dans cette hymne : le feu, l’eau vive qui ont consacré les « élus » de Dieu pour qu’ils annoncent le salut ; ainsi, par le baptême, chacun devient prêtre, des prophètes et des rois.

Pour que le croyant puisse remplir ce rôle d’annonce ,l’Esprit donne ses « dons », les « charismes ». Il inspirera les paroles des hommes. Il est la force de Dieu ; il est la main de Dieu dans la fresque de Michel Ange au plafond de la chapelle Sixtine, tendue vers l’homme pour lui donner force et vie.

La quatrième strophe met en lumière l’action de l’Esprit en chaque personne : chacun est saisi dans tous les aspects de sa personne : son esprit (son intelligence), son cœur (c’est-à-dire sa volonté, sa capacité d’aimer ), son corps tout entier qui peut être faible, qui peut être blessé, mais que l’Esprit vient guérir.

Puis les diverses situations de la vie sont évoquées, essentiellement celles où nous sommes en danger, où nous avons des décisions à prendre, des choix à faire. L’Adversaire (Satan, le Mal) est toujours prêt à intervenir, seul l’Esprit peut le repousser au loin.

La dernière strophe célèbre l’Esprit dans la Trinité : il est l’unique Esprit du Père et du Fils. C’est l’Esprit qui peut nous faire connaître et le Père et le Fils, et il ne nous en donne pas une connaissance théorique, intellectuelle, mais il nous amène à nous reconnaître enfants de Dieu.

Partagez cette page :

Méditations récentes

Jérémie appelle à la conversion
L’opulence promise
L’opulence promise
Publié il y a 13 jours
L’arrogance
L’arrogance
Publié le Mercredi 15 juillet 2020
La bénédiction du dépouillement
La bénédiction du dépouillement
Publié le Mercredi 8 juillet 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés