En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Pâques

Publié le Dimanche 21 avril 2019


L'ESPERANCE C'EST DIEU LUI-MEME , LA LUMIERE

 

Chung-hing, 1947, Renaissance, coll part

Chung-hing est une artiste sino-francaise, qui écrit et peint. Son parcours artistique l'a conduite de Hong Kong à Paris où elle vit depuis un peu plus d'une trentaine d'années.  C'est au sein de la culture française qu'elle réalise son plein épanouissement dans une fusion avec ses racines extrême-orientales. 
A travers ses thèmes favoris, les arbres, les oiseaux, la poésie, la musique… elle demeure dans une incessante quête de symbiose entre homme et nature.

Elle évoque ici une résurrection lumineuse, issue des ténèbres, entourées de colombes, attirées par cette lumière.

Jésus, le Verbe, la Parole de Dieu au milieu des hommes, vit depuis les origines une relation unique avec Dieu et avec l'être humain. Il est la lumière qui éclaire tous les hommes. La lumière créée par Dieu au commencement, avait un nom la Parole créatrice. Jésus dans sa vie a souvent revendiqué d’être Vie et Lumière. Jésus est la lumière du monde qui brille dans les ténèbres et à laquelle tout homme aspire.

 



Le texte biblique

 La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée.

 Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean.

 Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui.

Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière.

Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde.

Jn 1,5-9

 

 



Commentaires

Si la vie est la même chose que la lumière des hommes, aucun de ceux qui sont dans les ténèbres ne vit véritablement, comme aucun de ceux qui sont vivants n'est dans les ténèbres, car tout homme qui a la vie est dans la lumière, comme réciproquement tout homme qui est dans la lumière a la vie en lui. Or, d'après ce que nous avons dit des contraires, nous pouvons comprendre et apprécier ici les contraires dont l'Évangéliste ne parle pas. Le contraire de la vie c'est la mort, et le contraire de la lumière des hommes, ce sont les ténèbres qui couvrent leur intelligence. Donc celui qui est dans les ténèbres est aussi dans la mort, et celui qui fait des oeuvres de mort ne peut être que dans les ténèbres; celui au contraire qui fait des oeuvres de lumière, ou celui dont les oeuvres brillent devant les hommes, et qui a toujours présent le souvenir de Dieu, n'est point dans la mort, d'après cette parole du Psaume sixième: "Celui qui se souvient de vous n'est point redevable à la mort" (Ps 6).

Que les ténèbres des hommes et de la mort soient telles de leur nature ou pour d'autres causes, c'est une autre question. Or, nous étions autrefois ténèbres, mais nous sommes devenus lumière en Notre-Seigneur (Ep 5), si nous sommes tant soit peu initiés à la sainteté et à la vie spirituelle. Tout homme qui a été autrefois ténèbres, l'a été comme l'apôtre saint Paul, tout en demeurant capable de devenir lumière dans le Seigneur. - (Hom. 2 sur div. suj).

Ou bien encore, dans un autre sens, la lumière des hommes, c'est Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui s'est manifesté lui-même dans la nature humaine à toute créature raisonnable et intelligente, et a révélé aux coeurs des fidèles les mystères de sa divinité qui le rend égal au Père; ce que saint Paul exprime en ces termes: "Vous étiez autrefois ténèbres, vous êtes maintenant lumière dans le Seigneur". Dites donc: "La lumière luit dans les ténèbres", parce que le genre humain tout entier était plongé, non par nature, mais par suite du péché originel dans les ténèbres de l'ignorance qui lui dérobaient la connaissance de la vérité. Or Jésus-Christ, après être né d'une Vierge, a brillé comme une vive lumière dans le coeur de tous ceux qui veulent le connaître.

Il en est toutefois qui persistent à demeurer dans les ténèbres épaisses de l'impiété et de l'incrédulité, voilà pourquoi l'Évangéliste ajoute: "Et les ténèbres ne l'ont point comprise", c'est-à-dire, la lumière luit dans les ténèbres des urnes fidèles, ténèbres qu'elle dissipe en faisant naître la foi et en conduisant à l'espérance. Mais l'ignorance et la perfidie des coeurs privés de la véritable sagesse n'ont pu comprendre la lumière du Verbe de Dieu qui brillait dans une chair mortelle.

Telle est l'explication morale de ces paroles; en voici le sens littéral : La nature humaine, en la supposant même exempte de péché, ne pourrait pas luire par ses propres forces, car de sa nature elle n'est pas lumière, mais capable seulement de participer à la lumière; elle peut recevoir la sagesse, mais elle n'est pas la sagesse elle-même. L'air qui nous environne ne luit point par lui-même et ne mérite que le nom de ténèbres. Ainsi notre nature, considérée en elle-même, est une certaine substance ténébreuse, capable d'être éclairée par la lumière de la sagesse. Lorsque l'atmosphère est pénétrée par les rayons du soleil, on ne peut pas dire qu'elle luit par elle-même, mais qu'elle est éclairée par la lumière du soleil; ainsi, lorsque la partie intelligente de notre nature jouit de la présence du Verbe, ce n'est point par elle-même qu'elle arrive à la connaissance de son Dieu et des autres choses intelligibles, mais par la lumière divine, qui l'éclairé de ses rayons.

La lumière luit donc dans les ténèbres, parce que le Verbe de Dieu, qui est la vie et la lumière des hommes, ne cesse de répandre cette lumière dans notre nature qui, considérée en elle-même, n'est qu'une substance ténébreuse et informe, et comme la lumière par elle-même est incompréhensible à toute créature, c'est avec raison que l'Évangéliste ajoute: "Et les ténèbres ne l'ont point comprise".

Origène (185-253) , Commentaire de Saint Jean

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés