En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

La vie en communaute

Publié le Mardi 30 avril 2019


Fra Angelico, Saint Laurent distribuant les trésors de l’Église, 1447-49) , Chapelle de Nicolas V , le Vatican

Saint Laurent était responsable, dans la communauté, des soins portés aux pauvres de Rome. Avant son martyr, on lui laissa le temps de rassembler les trésors de l’Église et les remettre aux autorités civiles. Laurent distribua l’argent dont il disposait aux pauvres et présenta ces derniers aux autorités comme le vrai trésor de l’Église.

Fra Angelico représente sur les murs de la chapelle Nicoline au Vatican saint Laurent, bourse en main, distribuant l’argent aux pauvres et malades.

La chapelle Nicoline est une chapelle du palais du Vatican, à l’origine cabinet de travail du pape Nicolas V. Elle est surtout connue pour ses fresques exécutées par Fra Angelico entre 1447 et 1451, représentant les premiers saints martyrs du christianisme.

La vie de saint Laurent est racontée comme une véritable bande dessinée en six scènes réparties sur trois fresques. La première montre deux scènes séparées par une colonne. d’un côté saint Pierre remet les trésors de l’Église au diacre Etienne. Et de l’autre, scène que nous regardons ici, saint Laurent qui distribue des biens aux pauvres.

Laurent est au centre en tenue de diacre, devant le porche d’une église, les pauvres viennent à lui. des hommes, des femmes, des enfants, la main tendue. Les couleurs sont harmonieuses et rendent le spectacle paisible.



Le texte biblique

La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul cœur et une seule âme ; et personne ne disait que ses biens lui appartenaient en propre, mais ils avaient tout en commun.

 C’est avec une grande puissance que les Apôtres rendaient témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus, et une grâce abondante reposait sur eux tous.

Aucun d’entre eux n’était dans l’indigence, car tous ceux qui étaient propriétaires de domaines ou de maisons les vendaient,

 et ils apportaient le montant de la vente pour le déposer aux pieds des Apôtres ; puis on le distribuait en fonction des besoins de chacun.

Il y avait un lévite originaire de Chypre, Joseph, surnommé Barnabé par les Apôtres, ce qui se traduit : « homme du réconfort ».

Il vendit un champ qu’il possédait et en apporta l’argent qu’il déposa aux pieds des Apôtres.

Ac 4,32-37



Commentaires

 

Les premières communautés chrétiennes nous sont présentées dans une merveilleuse qualité de vie sous l’action de l’Esprit Saint, concrétisée ici au niveau économique : le partage des biens.

La description est précise, il ne s’agit ni d’un égalitarisme idéologique, ni de l’abolition de la propriété privée comme à Qumran, mais d’une communion d’amour. Ceux qui possèdent vendent leur surplus, qui, dans un système de redistribution géré par les apôtres, est réparti en fonction des besoins de chacun.

Luc veut souligner que la nouvelle vie, après la conversion, touche le concret de l’existence quotidienne et transforme les relations humaines. Il s’agit, comme le souligne le livre du Deutéronome (15,4), que personne dans la communauté ne soit indifférent à la détresse de l’autre.

Il rappelle également l’idéal formulé par Aristote « aux amis tout est commun » .

Est cité en exemple le cas de Joseph, que les apôtres surnomment Barabas, lévite chypriote, qui a vendu son champ pour en donner le montant aux apôtres.

Pendant les premiers siècles, la caractéristique des groupes chrétiens restera l'entraide et la solidarités admirées par les auteurs païens les plus hostiles !

 

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés