En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

La Pentecôte

Publié le Dimanche 9 juin 2019


William Turner1775–1851 The Upper Falls of the Reichenbach, 1802, Courtauld Institute Gallery, Londres

 

Bénis le Seigneur, ô mon âme ; Seigneur mon Dieu, tu es si grand ! Revêtu de magnificence,

 tu as pour manteau la lumière ! Comme une tenture, tu déploies les cieux,

 tu élèves dans leurs eaux tes demeures ; des nuées, tu te fais un char, tu t'avances sur les ailes du vent ;

 tu prends les vents pour messagers, pour serviteurs, les flammes des éclairs.

 Tu as donné son assise à la terre : qu'elle reste inébranlable au cours des temps.

Tu l'as vêtue de l'abîme des mers : les eaux couvraient même les montagnes ;

à ta menace, elles prennent la fuite, effrayées par le tonnerre de ta voix.

Elles passent les montagnes, se ruent dans les vallées vers le lieu que tu leur as préparé.

Tu leur imposes la limite à ne pas franchir : qu'elles ne reviennent jamais couvrir la terre.

 Dans les ravins tu fais jaillir des sources et l'eau chemine aux creux des montagnes ;

 elle abreuve les bêtes des champs : l'âne sauvage y calme sa soif ;

les oiseaux séjournent près d'elle : dans le feuillage on entend leurs cris.

 De tes demeures tu abreuves les montagnes, et la terre se rassasie du fruit de tes oeuvres ;

 tu fais pousser les prairies pour les troupeaux, et les champs pour l'homme qui travaille. De la terre il tire son pain :

 le vin qui réjouit le coeur de l'homme, l'huile qui adoucit son visage, et le pain qui fortifie le coeur de l'homme.

Les arbres du Seigneur se rassasient, les cèdres qu'il a plantés au Liban ;

 c'est là que vient nicher le passereau, et la cigogne a sa maison dans les cyprès ;

 aux chamois, les hautes montagnes, aux marmottes, l'abri des rochers.

Tu fis la lune qui marque les temps et le soleil qui connaît l'heure de son coucher.

 Tu fais descendre les ténèbres, la nuit vient : les animaux dans la forêt s'éveillent ;

le lionceau rugit vers sa proie, il réclame à Dieu sa nourriture.

 Quand paraît le soleil, ils se retirent : chacun gagne son repaire.

 L'homme sort pour son ouvrage, pour son travail, jusqu'au soir.

Quelle profusion dans tes oeuvres, Seigneur ! + Tout cela, ta sagesse l'a fait ; * la terre s'emplit de tes biens.

 Voici l'immensité de la mer, son grouillement innombrable d'animaux grands et petits,

 ses bateaux qui voyagent, et Léviathan que tu fis pour qu'il serve à tes jeux.

 Tous, ils comptent sur toi pour recevoir leur nourriture au temps voulu.

Tu donnes : eux, ils ramassent ; tu ouvres la main : ils sont comblés.

 Tu caches ton visage : ils s'épouvantent ; tu reprends leur souffle, ils expirent et retournent à leur poussière.

Tu envoies ton souffle : ils sont créés ; tu renouvelles la face de la terre.

Gloire au Seigneur à tout jamais ! Que Dieu se réjouisse en ses oeuvres !

Il regarde la terre : elle tremble ; il touche les montagnes : elles brûlent.

 Je veux chanter au Seigneur tant que je vis ; je veux jouer pour mon Dieu tant que je dure.

 Que mon poème lui soit agréable ; moi, je me réjouis dans le Seigneur.

 Que les pécheurs disparaissent de la terre ! Que les impies n'existent plus ! Bénis le Seigneur, ô mon âme !

Ps 103



Le texte biblique

 Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements.

Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous :

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure.

Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé.

 Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ;

 mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit.

Jn 14,15-16.23b-26



Commentaires

Le mont Sinaï est le symbole du mont Sion... Remarquez à quel point les deux alliances se font écho l'une à l'autre, avec quelle harmonie la fête de la Pentecôte est célébrée par chacune d'elles... Sur la montagne de Sion, comme sur la montagne du Sinaï, le Seigneur est descendu, le même jour et de manière très semblable... 

Luc a écrit : « Soudain il vint du ciel un bruit pareil à un violent coup de vent. Les apôtres virent apparaître comme une sorte de feu qui se partageait en langues et se posa sur chacun d'eux » (Ac 2,2-3)... Oui, ici et là, un bruit violent se fait entendre, un feu se fait voir. Mais au Sinaï c'était une épaisse nuée, sur le mont Sion la splendeur d'une lumière très brillante. Dans le premier cas il s'agissait « de l'ombre et de la figure » (Hb 8,5), dans le deuxième de la réalité véritable. Autrefois on entendait le tonnerre, maintenant on discerne les voix des apôtres. D'un côté, l'éclat des éclairs ; de l'autre des prodiges éclatent en tous lieux... 

« Tous sortirent du camp à la rencontre de Dieu, au pied de la montagne » (Ex 19,17). On lit dans les Actes des Apôtres : « Lorsque les gens entendirent le bruit, ils se rassemblèrent en foule »... De tout Jérusalem, le peuple se rassembla au pied de la montagne de Sion, c'est-à-dire au lieu où Sion, figure de la sainte Église, commençait à s'édifier, à poser ses fondations... 

« La montagne était toute fumante, car le Seigneur y était descendu dans le feu », dit l'Exode (v.18)... Pouvaient-ils ne pas brûler, ceux qu'avait embrasés le grand feu du Saint Esprit ? Comme la fumée signale la présence du feu, ainsi par l'assurance de leurs discours et par la diversité des langues, le feu du Saint Esprit manifestait sa présence dans le coeur des apôtres. Heureux les coeurs remplis de ce feu ! Heureux les hommes brûlant de cette ardeur ! « La montagne tremblait violemment. Le son de la trompette était de plus en plus strident » (v.19)... De même la voix des apôtres et leur prédication devinrent de plus en plus fortes ; elles se firent entendre de plus en plus loin jusqu'à ce que « leur message s'étende à toute la terre et leurs voix jusqu'aux extrémités du monde » (Ps 18,5).

Saint Bruno de Segni, vers 1045-1123, commentaire de l’Exode, ch 15,  (trad. Sr Isabelle de la Source, Lire la Bible, vol. 2, p. 78)

 

Partagez cette page :

Méditations récentes

Jérémie appelle à la conversion
L’opulence promise
L’opulence promise
Publié il y a 14 jours
L’arrogance
L’arrogance
Publié le Mercredi 15 juillet 2020
La bénédiction du dépouillement
La bénédiction du dépouillement
Publié le Mercredi 8 juillet 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés