En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Dédicace du temple de Jérusalem

Publié le Vendredi 22 novembre 2019


Raphael 1483-1520, Héliodore chassé du temple, Vatican

Raphaël exécuta les fresques des quatre salles de réception du palais du Vatican, dont la chambre d’Heliodore. Elles illustrent la protection miraculeuse accordée par Dieu à l’Église

Le pape Jules II est le commanditaire de l’œuvre qui fait référence au livre des Maccabées. Il est représenté sur son siège pontifical à gauche de la fresque. Raphael s’est représenté lui-même sous les traits d’un des porteurs

Séleucos IV (roi séleucide, dynastie hellénistique, de 187 à 175 av JC), avait chargé son ministre à Jérusalem, Héliodore, de s’emparer du trésor du temple de Jérusalem.

En réponse aux prières des fidèles et du grand prêtre Onias, Dieu envoie un cavalier et deux jeunes hommes chasser le ministre hors du sanctuaire.

Raphael présente Héliodore, le profanateur du temple, en bas à droite de sa fresque. Il est terrassé et piétiné par le cheval du messager divin.

Saisi d’une grande frayeur, il est foulé aux pieds d’un cheval monté par un guerrier revêtu d’armes éblouissantes et fouetté par deux jeunes anges. Frappé d’aveuglement, il est chassé du temple.

Le grand prêtre Onias, au fond, prie dans la pénombre qu’interrompt la lumière vacillante du candélabre allumé sur l’autel.

La fresque voulait montrer l’inviolabilité du patrimoine du Temple, … et donc de l’Église.

 



Le texte biblique

Alors Judas et ses frères déclarèrent : « Voilà nos ennemis écrasés, montons purifier le Lieu saint et en faire la dédicace. »

 Toute l’armée se rassembla, et ils montèrent à la montagne de Sion.

 Le vingt-cinquième jour du neuvième mois, c’est-à-dire le mois de Kisléou, en l’année 148, de grand matin,

 les prêtres offrirent le sacrifice prescrit par la Loi sur le nouvel autel qu’ils avaient construit.

On fit la dédicace de l’autel au chant des hymnes, au son des cithares, des harpes et des cymbales. C’était juste l’anniversaire du jour où les païens l’avaient profané.

Le peuple entier se prosterna la face contre terre pour adorer, puis ils bénirent le Ciel qui avait fait aboutir leur effort.

 Pendant huit jours, ils célébrèrent la dédicace de l’autel, en offrant, dans l’allégresse, des holocaustes, des sacrifices de communion et d’action de grâce.

 Ils ornèrent la façade du Temple de couronnes d’or et de boucliers, ils en restaurèrent les entrées et les salles et y replacèrent des portes.

Il y eut une grande allégresse dans le peuple, et l’humiliation infligée par les païens fut effacée.

 Judas Maccabée décida, avec ses frères et toute l’assemblée d’Israël, que l’anniversaire de la dédicace de l’autel serait célébré pendant huit jours chaque année à cette date, dans la joie et l’allégresse.

1 Mac 4, 36-37.52-59

 



Commentaires

Les livres de Maccabées, livre des martyrs d’Israël, empruntent leur titre au surnom donné a leur principal héros, Judas, puis à ses frères Jonatan et Simon. Ils se veulent un livre historique, rapportant l’histoire du peuple juif à l’époque où celui-ci se révolta contre le régime que lui imposaient les souverains séleucides, successeurs d’Alexandre le Grand qui régnaient à Antioche de Syrie

Le premier livre des Maccabées, traduction grecque d'un original hébreu aujourd'hui perdu, couvre la période qui va de 175 à 134 avant J.-C. Il évoque les règnes des successeurs séleucides d’Alexandre, et en particulier la politique d'Antiochus IV, qui vise à imposer aux Juifs les mœurs et les cultes grecs. La brutalité de cette politique provoque la révolte du prêtre Mattatias et de ses fils

Judas Maccabée mène la lutte armée de 166 à 164 contre les généraux successifs de l'armée séleucide: Lysias, Bachidès et Nicanor

Antiochus massacre, pille, introduit des cultes étrangers dans le temple. Il ordonne la dédicace d'un autel dédié à Zeus dans le Temple ; les persécutions contre les Juifs s’ensuivent. Certains résistent jusqu’à la mort (cf l’épisode des sept frères martyrs, Cetad, Art et méditation 28 novembre 2015)

Judas Maccabée remporte une victoire sur le chef militaire Apollonios puis sur Lysias à Emmaüs. Lysias est vaincu et doit se replier à Antioche (167 av JC). Judas en profite pour entrer à Jérusalem, purifie le temple et reconsacre l’autel profané par Antiochus. Des chants et louanges accompagnent la fête et une grande joie régne parmi le peuple.

Cette dédicace du temple sera dès lors l’objet d’une fête, la fête juive de Hannoukka. Jésus a assisté à cette fête (Jn 10,22-23).

La question posée toujours actuelle est celle de l’attitude à adopter par des croyants dans un monde qui rejette leur foi. La violence des armes ? La soumission ? La prière ?

Partagez cette page :

Méditations récentes

Manger la parole
Manger la parole
Publié mardi
La Transfiguration
La Transfiguration
Publié il y a 8 jours
Jérémie appelle à la conversion
Jérémie appelle à la conversion
Publié le Lundi 27 juillet 2020
L’opulence promise
L’opulence promise
Publié le Mardi 21 juillet 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés