En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Nativité de la Vierge

Publié le Lundi 8 septembre 2008


Nativité de la Vierge Ludolphe le Chartreux 1506 , Lyon, Vie de Jésus Christ,.
Paris


A travers la naissance de la Vierge, l’Eglise célèbre la gloire à laquelle sont
appelés tous les hommes. « Aujourd’hui à partir de la nature terrestre, un ciel
a été formé sur la terre. Aujourd’hui est pour le monde le commencement du
salut » (saint Jean de Damas)
Anne qui vient d’enfanter est entourée de ses amies occupées à la conforter et à
soigner le bébé. Seules Anne et Marie sont auréolées, mais toutes participent à
cette naissance extraordinaire, pleine de conséquence pour toute l’humanité.
Chaque femme a un rôle défini.
Le texte rappelle que c’est Dieu qui a prévu la perfection pour la femme qui
enfantera le Fils de Dieu.
De la miniature émane un grand calme, sérénité : équilibre de la composition,
douceur et sourire des femmes, couleurs chaudes qui se répondent. Elles sont au
cœur de l’amour de Dieu.
A travers la naissance de Marie, c’est une espérance immense qui s’ouvre pour chaque être humain car chacun est né pour être accueilli dans l’amour sans limite de Dieu, pour entrer un jour dans sa gloire.



Le texte biblique

Nous le savons, quand les hommes aiment Dieu, lui-même fait tout contribuer à
leur bien, puisqu'ils sont appelés selon le dessein de son amour. Ceux qu'il
connaissait par avance, il les a aussi destinés à être l'image de son Fils, pour
faire de ce Fils l'aîné d'une multitude de frères. Ceux qu'il destinait à cette
ressemblance, il les a aussi appelés ; ceux qu'il a appelés, il en a fait des
justes ; et ceux qu'il a justifiés, il leur a donné sa gloire.


Rm 8, 28-30



Commentaires

La seconde partie du chapitre 8 de la lettre de Paul aux Romains célèbre la glorification future de l’humanité à laquelle la création est associée, en soulignant l’attente persévérante et l’espérance qui nous font tenir dans la foi, malgré les laideurs et les opacités du monde qui plongent souvent notre foi dans la nuit.
S’appuyant sur cette espérance (« c’est en espérance que nous avons été sauvés »), Paul en vient à considérer cette glorification comme un don déjà accordé. La gloire est
le don de Dieu qui nous fait partager sa vie, et Paul considère la glorification à venir, comme une réalité déjà présente, car Dieu prend totalement en charge ceux qu’il appelle.

Les chrétiens sont des gens qui connaissent ce dessein de Dieu, « nous le
savons » dit Paul, ils connaissent l’attitude de Dieu à l’égard de ceux qui sont
appelés ; ils ont donc confiance : tous les hommes sont destinés à être glorifiés, c’est-à-dire pénétrés de la vie même de Dieu ; il ne s’agit donc pas seulement de quelque uns mais
de tous les hommes qui aiment Dieu, c’est-à-dire qui accueillent la vie que Dieu leur donne à profusion : « eux qui ont été appelés, ils ont été justifiés ; eux qui ont été justifiés, il les a glorifiés ! »
Dans les pages précédentes, Paul a décrit l’action de Dieu en nous par l’Esprit
Saint. Il souligne l’attention personnelle du Père pour chacun de nous, qu’il a connu
par avance. Dieu connaît chaque homme dans le Christ depuis le commencement du monde,
chacun a une place unique dans la création. Et Dieu appelle chacun à devenir conforme à l’image de son Fils, pour que nous devenions des fils et que le Christ devienne « le premier né d’une multitude de frères ».

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés