En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Carême avec st Joseph (6)

Publié le Mercredi 24 mars 2021


 
 
PERE TRAVAILLEUR 
 
 

Saint Joseph charpentier, « comment Joseph travaillait le bois », Méditations sur la vie du Christ, vers 1330-1340, département des manuscrits, BNF

 
Les méditations sur la vie du Christ

« Les méditations sur la vie du Christ » est un recueil de dévotion franciscaine composé dans le 2e quart du 14e siècle par un frère mineur, frère Jean de Calibus, à l'intention d'une clarisse du monastère sainte Claire d'Assise. Cet ouvrage a été largement réédité aux 14/15e siècles. Il a été diffusé en latin, italien, provençal etc..

Le volume remémore les événements de la vie du Christ, accordant une place importante à Marie, depuis sa naissance jusqu'à la Pentecôte. Le récit est simple, alternant la narration et l'explication allégorique des épisodes de la vie du Christ. L'ouvrage comprend 297 illustrations.

Il s'agit ainsi d'un livre de spiritualité. L'auteur se pose en directeur de conscience, soucieux d'offrir à sa destinataire un support de contemplation d'autant plus accessible et vivant qu'il recourt abondamment à l'image. 

L'exquise délicatesse du trait des illustrations, n'en ressort que mieux dans les dessins qui sont simplement tracés à la plume. L'artiste de grand talent doit être contemporain du chantier monumental de la cathédrale de Sienne.

 La paternité de Joseph le charpentier

L'auteur met en scène la paternité de Joseph, qui joue un rôle actif dans la vie de Jésus, s'en occupant, le tenant dans ses bras, tout en pratiquant son métier de charpentier. Cela est tout à fait inattendu pour l'époque où Joseph est en général représenté comme un vieillard qui veille sur la sainte famille dans des attitudes méditatives et contemplatives.

 

Méditation du Pape François : 

  La dignité du travail 
Joseph et le travail 

Le rapport au travail est un aspect qui caractérise saint Joseph et qui est mis en évidence depuis la première Encyclique sociale « Rerum Novarum » de Léon XIII. Joseph était un charpentier qui a travaillé pour assurer la subsistance de sa famille. Jésus a appris de lui la valeur et la dignité du travail, et la joie de manger le pain, fruit de son travail. 

La dignité du travail 

A notre époque il est nécessaire de reconnaître la véritable signification du travail qui donne sa dignité à l'être humain et dont Joseph est le patron exemplaire.

Le travail devient la participation à l’œuvre même du salut, occasion pour hâter l'avènement du Royaume, développer les potentialités et qualités personnelles en les mettant au service de la société de la communauté, de la famille. 

La personne qui travaille collabore avec Dieu lui-même et devient un peu créatrice du monde qui nous entoure. Le travail de saint Joseph nous rappelle que Dieu lui-même fait homme n'a pas dédaigné de travailler.



Le texte biblique

N’est-il pas le fils du charpentier ? Sa mère ne s’appelle-t-elle pas Marie, et ses frères : Jacques, Joseph, Simon et Jude ? 

Mt 13,55



Commentaires

«  De même vous trouvez : « N'est-ce pas le fils de Joseph l'artisan » (Mt.13, 55) ? Nous avons dit plus haut pourquoi c'est par une vierge, nous avons dit aussi pourquoi c'est par une épousée et pourquoi c'est au temps du recensement que voulut naître le Seigneur Sauveur : il ne semble pas hors de propos d'expliquer pourquoi II a eu pour père un artisan. Par cette figure, en effet, II montre qu'Il a pour Père l'Artisan de toutes choses, qui a créé le monde, ainsi qu'il est écrit : « Au commencement Dieu fit le ciel et la terre » (Gn., 1, 1). Car, si l'humain n'est pas comparable au divin, le symbole est cependant parfait, puisque le Père du Christ opère par le feu et l'Esprit (Mt, 3, 11), et, comme un bon artisan de l'âme, rabote nos vices, a tôt fait de porter la hache sur les arbres stériles, sait tailler ce qui est chétif, conserver les cimes élancées, amollir au feu de l'Esprit la raideur des âmes et façonner pour des usages variés tout le genre humain par les diverses sortes de ministères. »

 

St Ambroise, (339-397), traité sur l'évangile de saint Luc, livre III

Partagez cette page :

Méditations récentes

La multiplication des pains
La graine devenue arbre
La graine devenue arbre
Publié il y a 8 jours
Le signe de Jonas
Le signe de Jonas
Publié le Lundi 19 juillet 2021
Le glaive de Jésus
Le glaive de Jésus
Publié le Lundi 12 juillet 2021
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2021 - Tous droits réservés