En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

La Toussaint

Publié le Samedi 1er novembre 2008


L'échelle de saint Jean Climaque 1151-1200 (Couvent sainte-Catherine Sinaï)

Cette représentation de l’échelle de Climaque illustre le chef-d’œuvre de la littérature ascétique byzantine dû à saint Jean Climaque, higoumène du monastère du Sinaï au viie siècle. Son ouvrage est non seulement un manuel pratique et méthodique de vie spirituelle où l’âme s’élève vers Dieu par degrés, comme sur une échelle, mais un véritable traité de psychologie spirituelle dont la profondeur et la précision des analyses est célèbre.

Cette icône du monastère illustre le cheminement des enfants de Dieu qui recherchent la perfection pour atteindre l’union à Dieu.

L’échelle Sainte où on voit les moines se hisser pour arriver jusqu’à Dieu, la perfection, suit le développement habituel de la vie spirituelle. En bas de l’échelle il faut quitter le monde des hommes, le monde qui n’a pas reconnu Dieu, symbolisé par cette hutte où s’entassent les hommes qui ne se sont pas engagés sur l’échelle. La démarche est difficile tant de démons sont là pour retenir les hommes. Mais le renoncement et le dépouillement déboucheront sur l’amour et la joie. Puis les hommes doivent avancer sur ce chemin de perfection, celui des enfants de Dieu.

L’icône présente sous forme de ces petits diables les vices dont chacun doit se débarrasser pour se rendre pur et plus léger pour la montée : le texte de Jean de Climaque cite la colère, la gourmandise , la luxure, l’insensibilité ou la négligence, la vaine gloire et l’orgueil.

En haut de l’échelle l’homme atteint ce qu’il ne voyait pas clairement avant, l’union à Dieu, décrit à l'aide de quatre termes qui sont presque interchangeables : hésychia, silence, agapè, charité. En haut à gauche une série d’anges veille, les mains voilées en signe de respect pour la divinité.



Le texte biblique

Mes bien-aimés,
voyez comme il est grand, l’amour dont le Père nous a comblés : il a voulu que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes. Voilà pourquoi le monde ne peut pas nous connaître : puisqu’il n’a pas découvert Dieu.

Bien-aimés,
dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons ne paraît pas encore clairement.

Nous le savons : lorsque le Fils de Dieu paraîtra, nous serons semblables à lui
parce que nous le verrons tel qu'il est.

Et tout homme qui fonde sur lui une telle espérance se rend pur comme lui-même est pur.

(1Jn 3, 1-3)



Commentaires

         La première lettre de Jean s’adresse à une communauté en pleine division, et qui était en train de se perdre dans des querelles compliquées au sujet de Jésus Christ le Verbe de Dieu. C’est pourquoi l’auteur insiste d’abord sur la reconnaissance émerveillée de ce qui nous a été donné en Jésus Christ : « il est grand l’amour dont le Père nous a comblés » ! Nous devrions toujours commencer par cette reconnaissance et cet éblouissement : « il a voulu que nous soyons appelés enfants de Dieu et nous le sommes ! »

Enfants de Dieu, qu’est-ce cela veut dire ? L’auteur de la lettre renvoie les destinataires à la confession de foi exprimée dans le prologue de l’évangile de Jean « Il était la lumière véritable qui illumine tout homme venant dans le monde… et à tous ceux qui l’ont reçu, il leur a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu » (Jn 1,12). C’est le Christ, le Fils lui-même, qui a donné ce pouvoir, lui qui a accompli le dessein de Dieu jusqu’à la victoire sur le mort, lui dont la communauté johannique dont fait partie notre auteur, chante la gloire. La réalisation du projet d’amour divin se trouve dans la venue du Christ dans la chair, dans le monde, homme au milieu des hommes, homme livré aux hommes.

Mais le monde ne l’a pas reconnu, il ne l’a pas accueilli ; le monde a donc aussi une attitude hostile à l’égard des croyants, à l’égard des disciples du Christ. Cela fait aussi écho au prologue de l’évangile de Jean (Jn 1,10)

L’auteur attire notre attention sur un point : déjà nous sommes enfants de Dieu, déjà nous sommes invités à devenir parfaits comme Dieu est parfait, à ressembler parfaitement au Fils. Alors s’ouvre pour nous une perspective eschatologique : appuyés sur la certitude que nous sommes aimés, nous pouvons tourner avec confiance notre regard vers l’avenir, « ce que nous serons ne paraît pas encore clairement. ». L’avenir du chrétien est tourné vers le visage du Christ, le Fils unique de Dieu « lorsque le Fils de Dieu paraîtra, nous serons semblables à lui, car nous le verrons tel qu’il est. ».

Cela a pour conséquence que tout homme qui fonde sur lui une telle espérance, peut entrer sans crainte et dès maintenant dans un chemin de conformation au Fils, et ce chemin passe par l’amour fraternel, jusqu’au don total de soi. C’est cela que signifie : « se rendre pur comme lui-même est pur »

Partagez cette page :

Méditations récentes

Jérémie appelle à la conversion
L’opulence promise
L’opulence promise
Publié il y a 13 jours
L’arrogance
L’arrogance
Publié le Mercredi 15 juillet 2020
La bénédiction du dépouillement
La bénédiction du dépouillement
Publié le Mercredi 8 juillet 2020
Toutes les méditations
cours en ligne

Pour aller plus loin, participez à nos cours en ligne

Voir les cours

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés