En lien avec l'Institut Catholique de Paris et la Conférence des Évêques de France

Louange du Christ abaissé et glorifié

Publié le Mardi 4 novembre 2008


Giotto (1267-1337) Crucifixion, 1310, fresque de la basilique d'Assise

Cette fresque de la partie inférieure de la basilique d'Assise montre le Christ crucifié adoré par les hommes et par les êtres célestes.

Giotto qui prélude à la Renaissance, montre le corps du Christ, humain, s'affaissant, les bras écartés et les pieds lourdement posés sur la tablette inférieure.

Au pied de la Croix, les femmes s'effondrent, Jean drapé dans son ample manteau suivi de saintes femmes auréolées comme lui, regarde fixement le Christ. Madeleine à genoux baise les pieds du Christ. Les Franciscains à genoux prient,implorent et adorent tandis qu' un autre groupe d'hommes debout à droite s'interrogent. Tous contemplent l'abaissement du Christ Jésus, du Fils obéissant jusqu'à la mort.

Dans le ciel, les anges anticipent la gloire de Jésus remonté auprès du Père.

Tout être vivant tombe à genoux et partout, sur terre comme au ciel, on proclame « Jésus Christ est le Seigneur, pour la gloire de Dieu le Père » .

La gloire de Dieu se manifeste dans l'abaissement total du Serviteur de Dieu.



Le texte biblique

Frères, ayez entre vous les dispositions que l'on doit avoir dans le Christ Jésus: lui qui était dans la condition de Dieu, il n'a pas jugé bon de revendiquer son droit d'être traité à l'égal de Dieu ; mais au contraire, il se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteurDevenu semblable aux hommes et reconnu comme un homme à son comportement, il s'est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu'à mourir, et à mourir sur une croix.
C'est pourquoi Dieu l'a élevé au-dessus de tout ;il lui a conféré le Nom qui surpasse tous les noms, afin qu'au Nom de Jésus, aux cieux, sur terre et dans l'abîme, tout être vivant tombe à genoux, et que toute langue proclame : « Jésus Christ est le Seigneur », pour la gloire de Dieu le Père.

Ph 2, 5-11



Commentaires

Ce passage constitue un hymne, c'est à dire un chant de louange au Christ humilié et exalté. Ainsi est rassemblée toute la richesse du mystère du Christ dans le mouvement du chant chrétien.

L'hymne est formé de deux moments successifs l'un descendant, l'autre ascendant :

- le premier, l'abaissement, a le Christ pour sujet. Il se réfère à l'événement de l'Incarnation. Jésus qui est de la condition de Dieu a accepté d'endosser la condition de serviteur (en grec esclave). Paul reprend, pour l'appliquer au Christ, la prophétie du Serviteur en Isaïe 52.13-53.12 : le Serviteur de Yahvé atteindra la gloire en passant par l'humiliation et la mort. Le texte célèbre ainsi la mystérieuse et libre décision du Christ qui renonce au tout de Dieu dans une parfaite obéissance. En ce sens le Christ est aussi le nouvel Adam, l'homme parfait, car au contraire de l'attitude d'Adam en Genèse 2, il n'a pas voulu s'emparer de sa condition divine pour se faire l'égal de Dieu, mais il s'est abandonné à la volonté de Dieu.

- le second, l'exaltation, a Dieu pour sujet : Dieu a souverainement élevé le Christ ; il lui a conféré le nom qui est au-dessus de tout nom, c'est-à-dire le nom imprononçable qui, pour le monde juif, est le nom même de Dieu. La conséquence de cette « élévation » est que sur terre et dans l'abîme, tout être vivant tombe à genoux. C'est la totalité de la création, toute l'humanité, celle d'hier, d'aujourd'hui et de demain, qui répond à la totalité de l'amour que le Christ a rendu au Dieu Père, et qui est emporté dans un mouvement d'adoration

L'hymne, texte liturgique, est une confession de foi qui invite à adorer le Christ comme Seigneur.

Paul offre ici aux croyants le secret de la vie en communauté : non seulement il propose l'exemple du Christ Serviteur qui de riche devient pauvre, de premier dernier, de Seigneur et maître esclave, mais il montre que le Seigneur Jésus s'est rabaissé lui-même au rang des plus méprisés, pour les entraîner avec lui dans son élévation jusqu'à Dieu

Parce que les chrétiens sont entrés avec le Christ dans le mystère pascal, ils peuvent annoncer aux plus petits et aux plus humbles qu'ils sont aussi les plus grands dans le Royaume des cieux : chacun est invité de vivre de l'humilité et du don de soi du Christ serviteur qui nous conduit à Dieu.

Partagez cette page :

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

© Cetad 2020 - Tous droits réservés